Arnaud, 2019, Les défis de Notre Dame de Paris à la Qualité du Travail

Les défis de Notre Dame de Paris à la Qualité du Travail

Nous savons construire des instruments qui permettent d’observer les trous noirs de la voie lactée de notre galaxie à des millions de kilomètres de la terre, mais nous ne disposons pas d’outil qui aurait permis de repérer la fumée qui s’échappait du toit de la cathédrale Notre Dame à quelques dizaines de mètres de hauteur!

Cet événement n’est-il pas un rappel qui résonne en chacun de nous? Celui du danger encouru par la perte de sens du travail dans les méandres du réel, détériorant sa qualité, occasionnant souffrances, désengagement, perte du collectif, solitude, renoncement à des valeurs.

C’est d’une qualité exceptionnelle du travail que témoignent les premières cathédrales, de déterminations au surpassement, d’inventions, de prouesses techniques, de la part de leurs bâtisseurs confrontés à un travail hors norme. Tous les corps de métiers, maçons, charpentiers, forgerons, verriers, sculpteurs, architectes, maîtres d’œuvre se sont unis pour donner forme à la matière, la pierre, le fer, le cuivre, le bois, la lumière, et cela au fil des siècles, pour achever leur construction, puis procéder à leur restauration quand cela a été nécessaire. Bien que fragilisées par les dégâts de l’usure, comme ceux de guerres ou d’émeutes, elles témoignent d’une résistance extraordinaire au temps.

L’apogée des cathédrales au 13e siècle correspond au développement des villes. Piliers de l’organisation de l’église et des pratiques religieuses, mais aussi de la vie urbaine, elles étaient le lieu de toutes les cérémonies. Les confréries y tenaient des assemblées, on y pratiquait la justice, l’état civil y était archivé. les rois y étaient couronnés, abbayes, écoles, asiles, habitations y voisinaient. Elles ont donné lieu aux premières formes de compagnonnage caractérisées par la recherche constante du progrès et de la perfection. Élever une charpente, ce n’est pas seulement un travail manuel, c’est combiner l’effort physique à l’intelligence et à la connaissance. Pour le compagnon, le métier ne se limite pas à un savoir faire, chacun le construit et le reconstruit en permanence au travers de son expérience et des échanges, c’est aussi une histoire. Il suppose un engagement moral, reposant sur la générosité, la droiture, l’égalité, la disponibilité aux autres, la volonté de transmettre ses connaissances. Pour les compagnons, le métier mis en œuvre dans un environnement adéquat construit l’homme, développe son potentiel dans le cadre d’une activité concrète, utile aux autres et suscite chez lui un travail assidu à la recherche de l’excellence et de la créativité. Ainsi, le métier dont le savoir s’enrichit constamment de l’expérience personnelle et d’innovations techniques, fait partie d’une grande chaîne, utile à la communauté.

Les premiers à nous rappeler ces valeurs de la qualité du travail ont été les pompiers, au moment de cet incendie, qui ont démontré leur excellence dans leur rapidité d’analyse de la situation, leur organisation d’équipes, mettant au service de tous leur courage dans la prise de risques.

Les cathédrales, lieu  « religieux » (au sens étymologique de « relier »), n’ont pu exister qu’au prix d’un énorme effort collectif, au service du développement de la vie collective. Aujourd’hui, bien que des événements religieux ou des commémorations lors de drames s’y déroulent encore, l’accès à Notre Dame de Paris est de plus en plus difficile pour les Parisiens. Ils ont dû laisser leur place aux visites guidées des touristes, le centre de Paris se vidant de ses habitants pour devenir un immense musée.

Cet événement qui a suscité une telle émotion collective rappellera-t-il ces valeurs essentielles de la qualité du travail ? Il faudra du temps, le temps nécessaire à la restauration des tours comme il a fallu du temps à leur construction en ne confondant pas précipitation et excellence pour satisfaire les seuls impératifs du tourisme industriel. Il faudra du temps pour réfléchir à la combinaison des techniques anciennes et des innovations nécessaires à la poursuite du chemin de la cathédrale dans les siècles à venir.

Catherine Arnaud – 20/05/2019 –

Disponible en téléchargement pdf, cliquez ici.